Escalade & Alpinisme : réflexions sur ….

(Documents historiques, sociologiques, psychologiques et philosophiques)

Les grands alpinistes, des précurseurs aux conquérants des 8000 - Paolo Lazzarin et Roberto Mantovani

Voici un beau livre. Un livre que l’on offre à Noël et que l’on feuillette bien assis dans son canapé.

En allant au-delà des frontières de l’Europe, les auteurs nous présentent les grands alpinistes du monde. L’intérêt du livre tient surtout dans sa pagination. Chaque page peut être dépliée en une double page sur laquelle apparaît une photo immense.  Cette présentation  donne toute sa dimension à l’illustration. Ce faisant, toute la paroi ou la face semble, alors, être devant nous, avec les protagonistes en pleine action.

 

 

 

Les grands alpinistes, des précurseurs aux conquérants des 8000. Paolo Lazzarin et Roberto Mantovani, Edition Arthaud, Paris, 2008.

 

 

 

 

 

 

Dans la même collection, un autre ouvrage, paginé de la même façon nous offre un panorama des plus beaux sommets du monde : grandiose !!!

Les plus beaux sommets du monde. Alessandro Gogna, Edition Arthaud, Paris, 2006.



La montagne à la une. Paris Match 60 ans de reportages - Catherine Destivelle et Philippe Bonhème

Avec ce livre souvenir regroupant des  couvertures de Paris Match, partons à la découverte de ce que le grand public va connaître de la montagne, à travers la presse. C’est une vision originale qui nous permet d’avoir un autre regard sur notre activité favorite. En quelque sorte, voir l’alpinisme et l’escalade avec les yeux du profane.

 Pour la période de l’avant-guerre, l’alpinisme n’est pas un sujet  pour Paris Match, magazine hebdomadaire français d'actualités et d'images, né en 1949 et célèbre par sa devise : « Le poids des mots, le choc des photos ».

Puis vint la période des héros : l’Annapurna, le Fitz Roy, l’Everest, le Makalu….Et des drames : le sauvetage du Malabar Princess, la photo de la crevasse fatale pour Lachenal, l’Eiger « ce monstre », la fin du village de Tignes, la tragédie de Vincendon et Henry… La montagne est présentée, à la fois, comme le  lieu de tous les exploits que l’on magnifie et comme une tueuse d’homme !

Avec Patrick Edlinger, s’ouvre la période des sprinters des cimes et de l’esthétisme. Enchaînements de voies, escalade en solo, ski extrême se multiplient, mais derrière cette façade, le drame n’est jamais très loin comme en témoigne les dernières Unes : Tragique cordée, Embouteillage mortel, Herzog tombe de sa montagne, Patrick Edlinger a lâché prise…Catherine Destivelle,  qui se prête au jeu de la rédactrice en chef dans cet ouvrage,  le dit : «Les journalistes de la presse grand public ne perçoivent pas toujours les subtilités de l’alpinisme ».

Le fait divers faisant plus vendre que la bonne nouvelle, doit-on s’étonner de cette constante propension à présenter un alpinisme émotion où les mots et les photos doivent faire frémir le lecteur ?

La montagne à la une. Paris Match 60 ans de reportages. Texte de  Catherine Destivelle  et Philippe Bonhème. Les Editions du Mont Blanc,  2013.


Mythologies Alpines - Sous la direction de François Damilano

Fut un temps où les alpinistes décrivaient leurs exploits avec force détails sur les premières qu’ils réalisaient. Généralement, la montagne était belle et là-haut tout- ou presque- était beau. C’était l’époque où la neige recouvrait (cachait ?) les roches pourries des parois rendant l’escalade plus aisée.

De nos jours, la neige fond et la montagne révèle ses roches instables, la littérature alpine aussi. Un peu comme si les modifications climatiques accompagnaient une nouvelle forme littéraire, dans laquelle les alpinistes n’ont plus de langue de bois, ni de discours politiquement correct. Avec ce petit livre, que l’on peut cacher dans une poche et lire au détour d’une salle d’attente pleine, les mythes de l’alpinisme sont dénudés de leur candeur innocente.

Ainsi, Erik Décamp égratigne et questionne avec force l’opinion que les alpinistes ont d’eux-mêmes dans un texte intitulé : «  Le haut et le bas, le pur et l’impur ».

Plus en avant dans le livre, Benoît Heimermann écorne les héros d’autrefois avec ces quelques lignes sur « l’Annapurna ». Il ne reste alors plus que la montagne et les hommes sont redescendus du piédestal sur lequel l’histoire les avait installés ! 

Dominique Potard nous conte sa première solitaire du Boccalatte avec une telle vérité humaine dans un chapitre intitulé : «  Beau oui comme Berhault », dans lequel il nous rappelle la fragilité de la condition humaine. 

Virginie Rajaud-Allaneau fait un tour d’horizon d’une fleur mythique : « l’edelweiss ». En citant la chanson que Michel Blanc entonne sur le télésiège dans « Les  bronzés font du ski », elle fait cependant une erreur. Ce n’est pas la chanson Etoile des neiges (Paroles: J. Plante - Musique: F. Winkler Interprète: Line Renaud (1949) ) qu’il chante suite à un différent de droit d’auteur mais d’autres paroles !!!  C’est une adaptation avec des paroles réalisées spécialement pour le film,  mais sur la même musique : Quand te reverrai-je ?  (Auteurs compositeurs Pierre Bachelet et Raymond Gimenes, interprété par Michel Blanc ). 

Ainsi, tour à tour, quarante histoires touchantes nous sont contées, quarante histoires touchant aux principaux mythes alpins.

 

 Mythologies Alpines, sous la direction de François Damilano, JM Editions, 2012. 


L'esprit sportif aujourd'hui. Des valeurs en conflit - Georges Vigarello

Une des caractéristiques des sports que nous pratiquons (escalade, alpinisme, ski, randonnée…) est qu’à travers l’ascension de sommets nous réalisons une descente au plus profond de nous-même. En allant au bout de notre effort, nous allons au bout de nous, dans une quête incessante de valeurs, d’identité et d’expérience du vertige.

En cela, nos pratiques font partie du Sport, ce fait social total tant il « engage toutes les dimensions physiques, psychologiques, institutionnelles, sociales, culturelles, économiques des individus qui le pratiquent et des sociétés qui le façonnent… ». Comprendre les enjeux de ce phénomène - le sport- qui produit tant de  mythes, c’est aussi nous offrir un voyage encore plus passionnant lors de nos sorties.

Cet ouvrage écrit par de nombreux auteurs spécialistes nous offre cette opportunité.

Un chapitre attirera particulièrement notre attention : celui sur  les sports d’aventures de Paul YONNET. Il y fait une analyse des faits les plus marquants de l’alpinisme de haut niveau en les replaçant dans l’évolution du monde : «  d’un âge des grands défis à un monde fini » dans lequel «  il ne restait à ouvrir que des voies de plus en plus difficiles, vers ces sommets déjà atteints… »

Prendre le temps de cette lecture, c’est « fouiller » dans tout ce « fatras » de phénomènes que  véhicule le Sport parfois à notre insu. Loin de se perdre, nous aurons l’occasion d’aller plus loin encore, d’où cette formule « et peut-être bien plus…. » écrite dans la présentation de ces Notes de lecture.

 

L’esprit sportif aujourd’hui. Des valeurs en conflits. Dirigé par Georges VIGARELLO, le tour du sujet : collection de référence d’Universalis ;  Encyclopaedia Universalis ;2004.


Huit leçons sur le sport - Paul YONNET

Dans Notes de lecture, je vous présenterai, selon mon humeur, des livres sur la montagne, l’alpinisme, l’escalade et peut-être bien plus….

 

…. Et peut-être bien plus….Que voulait bien pouvoir dire ces quelques mots, souvent écrits dans l’introduction ?

Ils voulaient introduire cette idée d’aller plus loin dans la compréhension de nos pratiques sportives, nous qui, généralement, tentons d’aller toujours plus loin dans nos aventures. Car le sport c’est quoi au juste ? Cette sorte de mot dont tout le monde croit savoir le sens sans jamais parvenir à en donner une définition satisfaisante !

Un sociologue atypique, Paul YONNET, nous a donné des analyses séduisantes sur le sport. Dans Huit leçons sur le sport, il propose une  définition du sport qui est à la fois un loisir, un phénomène distribué en deux systèmes de pratiques (soit la compétition contre les autres, soit la compétition avec soi-même), et un jeu qui crée du sacré à partir du profane. Il  nous révèle dans quelle catégorie de pratiques s’inscrivent l’escalade, l’alpinisme et le ski. Il nous dit pourquoi les idées reçues d’un égoïsme et d’une inutilité de nos pratiques qui circulent ici ou là dans les médias sont fausses. Il nous montre comment nous sommes depuis des millénaires dans des sociétés du vertige. Et que l’acceptation de cette expérience du vertige a quitté les seuls domaines de la religion et de la guerre pour entrer dans le domaine du loisir.

Un livre qui paraît trop complexe à lire…mais qui part de faits connus et publiques pour en extraire une analyse simple et séduisante pour se révéler d’une lecture passionnante et jubilatoire !

 

Huit leçons sur le sport, Paul YONNET, Bibliothèque des Sciences humaines, nrf, Edition Gallimard, 2004.

 

Découvrir l’auteur


LES ANNEES MONTAGNE. Une histoire de l'alpinisme au XXe siècle - Jean-Michel ASSELIN

Les années montagne,  c’est l’histoire récente de l’alpinisme, celle du XX° siècle. Jean-Michel Asselin, écrivain et journaliste,  a côtoyé les grands alpinistes du siècle dernier, tant sur les sommets que dans les vallées ou dans les salles de rédaction de différents magazines. Il nous conte donc,  la grande aventure de l’alpinisme. Cette grande histoire se nourrit d’anecdotes, de confidences, de commentaires, d’avis personnels et de petites histoires. Le tout, nous permet de mieux comprendre cette histoire qui s’est écrite sous nos yeux et qui influence nos pratiques.

Dans le dernier chapitre, il se risque à une introduction pour décrire ce que sera la future histoire de l’alpinisme du XXI° siècle. En tant que vosgien et membre du CAF des Hautes- Vosges, vous serez sensible, comme moi, à l’évocation des exploits du « Blutch ».

Tout a été réalisé, mais tout reste à faire …..« Tout reste à écrire »….Tant que la montagne restera un terrain de jeux pour les alpinistes, un terrain de jeux où la folle liberté permettra « probablement l’une des dernières épopées…dans le domaine du loisir (ou de l’art) qui a tenté d’échapper aux normes de l’argent, de la sécurité, de la pensée dominante et unique ».

 

LES ANNEES MONTAGNE. Une histoire de l'alpinisme au XXe siècle - Jean-Michel ASSELIN, Edition Glénat, Grenoble, 2011.


SOCIOLOGIE DU RISQUE - David Le Breton

Vous allez me dire : il y va un peu fort avec de la sociologie, quel rapport avec ce que l’on fait en montagne ?, rien à voir avec nos balades et nos escalades en paroi…..

Pas si sûr ! Dans son livre, David Le BRETON nous ouvre à « une autre sociologie du risque, celle sur laquelle nous nous attarderons, se soucie plutôt de la signification des activités engagées par les acteurs dans leur vie personnelle ou professionnelle, leurs loisirs, pour aller à la rencontre du risque ou s’en protéger ».

Il nous parle de nos activités qui offrent aux jeunes «  l’opportunité de vivre un moment hors du commun….librement choisie…permettant de s’ouvrir à une autre dimension de l’existence…de retrouver confiance en soi…..découvrant des formes d’organisations sociales qui ne prévoient pas le vol ou l’agressivité comme rapport aux autres….contribuant à fixer la peur et l’angoisse en dressant une scène contrôlée où le sujet brave ses terreurs intimes ou son ambivalence envers la mort au cours d’une activité où veillent les animateurs….octroie à l’individu le sentiment de s’appartenir, de maîtriser la confusion qui règne au cœur de sa vie….et ce moment fort, nul ne sait à l’avance ce qu’il génère, quel processus initiatique il vient ébranler qui mettra peut-être des années avant de mûrir, mais sans lequel rien n’aurait été possible ».

« ….Et ce moment fort, nul ne sait à l’avance ce qu’il génère, quel processus initiatique il vient ébranler qui mettra peut-être des années avant de mûrir, mais sans lequel rien n’aurait été possible ». 

Tiens, tiens quand je vois les efforts de nos cadres pour emmener les jeunes en montagne, je me dis qu’ils ont déjà tout compris !!! 

Tiens, tiens quand je lis les orientations en faveur de l’accès des jeunes à la montagne de différents organismes (FFCAM, Le manifeste des Assises de l’Alpinisme 2011…)….

Tout cet engagement est encore plus noble lorsque l’on sait que sans lui « rien n’aurait été possible » et que «  nul ne sait à l’avance ce qu’il génère, quel processus initiatique il vient ébranler qui mettra peut-être des années avant de mûrir » !

 

La sociologie du risque ; David Le BRETON ; collection Que sais-je ? - Edition 2017


Technique, inventions et alpinisme

Alpinisme. La saga des inventions - Gilles Modica

Guide technique et historique de l’alpinisme - Jean-Paul Walch

Ces trois livres, chacun à leur manière, explorent comment et en quoi l’alpinisme s’est transformé au fil des décennies et s’est diffusé à un large public à partir des inventions techniques et de nouvelles conceptions. Evolution ou révolution des matériels mais aussi des techniques d’entraînement, de la nutrition à la connaissance de certains facteurs physiologiques, des modes d’appropriation par les pratiquants de ces évolutions jusqu’aux nouvelles technologies de l’information ; le tout dans des relations parfois fort complexes.

Et si vous dénichez un exemplaire encore en vente de ce troisième bouquin, profitez en :

Innovations scientifiques & évolution DES PRATIQUES DE MONTAGNE, Ouvrage supervisé et coordonné par Yves Peysson, Edition FFCAM, actes du colloque novembre 2009, 2011. 



Qu’ignore-je ? L’ALPINISME - Cédric Sapin-Defour

L’auteur reprend avec bonheur le format de la célèbre collection Que Sais-je ? en prenant un malin plaisir  à détourner tant le logo de la boussole, que la maxime de cette collection.

L’auteur nous livre alors, avec une délicieuse malice, une vision de l’alpinisme que pour rien au monde nous ne renierions !

Une sorte d’abécédaire de 50 questions – et plus si affinité- avec un humour qui nous force à rire ou à sourire…Tout en finesse, et parfois sans, tout en délicatesse, et parfois avec les gros sabots de l’impertinence, cet ouvrage  nous apporte toutes les réponses à nos questions !

Bref, un livre à traîner avec soi, à consommer sans modération ni aucun à priori.

 

Qu’ignore-je ? L’ALPINISME. Des questions à toutes vos réponses ! Cédric Sapin-Defour, JMEditions, 2015.

 

Si vous le cherchez sur un rayon, sachez qu'il est tout jaune !


Risque et alpinisme. Réflexion philosophique sur l’Homo alpinus - Alain Ghersen

L’alpinisme n’arrête plus d’être étudié par les sciences humaines : économie, psychologie, sociologie, politique, droit et maintenant philosophie ! C’est souvent sous l’angle de la prise de risque  et de ses implications, que les auteurs scrutent, dissèquent nos attitudes et nos comportements.

Avec le temps qui passe et l’âge qui avance…, les alpinistes ressentent comme un besoin d’écrire, pour expliquer cette activité physique et sportive qui semble bien rester une des seules pratiques sportives de l’aventure dans nos sociétés actuelles.

Alain Ghersoen se lance donc dans une étude philosophique avec cet ouvrage de réflexion. Le projet est intéressant et il complète utilement les autres études que nous avons déjà mentionnées dans ces « Notes de lecture… ». Si le recours à des concepts propres à la philosophie s’avère indispensable, est-il vraiment utile d’en « truffer » chaque chapitre au point d’avoir besoin d’un dictionnaire pour appréhender le propos ? …Au risque de lasser le lecteur et de le décourager…..Et de l’éloigner un peu trop de ce type d ‘ouvrage.

 

Risque et alpinisme. Réflexion philosophique sur l’Homo alpinus. Alain Ghersen, Collection hommes & montagnes, Édition Glénat, 2016.


La montagne et la mort - Paul YONNET

 

 

Avec ce livre, je vous emmène dans un monde de vertige…..Mais, j’ai longtemps hésité à présenter ce livre tant sa lecture est bouleversante. 

Un livre hors norme écrit par un auteur lui-même hors norme, sociologue à la  liberté dérangeante. D’ailleurs, les premières lignes de son livre nous renvoient l’image triste de notre condition humaine en nous contant la conquête du Mont Blanc versant réalité et non plus côté mythique !

La construction du livre est déjà en elle-même originale : un premier livre « La montagne et la mort »  suivi d’un deuxième : «  Le vertige, catégorie de l’activité humaine ». L’introduction se situe au milieu de l’ouvrage, en introduction du deuxième livre, l’auteur en explique avec brio la raison. Le véritable titre étant « Cahiers du vertige », car c’est cela dont il est question : du fait que « l’homme est un être du vertige ». Il nous montre alors comment « l’expérience de la haute montagne, où le vertige physiologique n’est que prétexte à introduire et explorer un vertige, au sens strict, métaphysique ».

En fait, l’auteur se livre à une passionnante « enquête, à la découverte de l’utilité sociale de la « conquête de l’inutile » ».

Aux confins de tous les vertiges, cet ouvrage finit par nous en donner, pour le coup… le vertige !

 

La montagne et la mort, suivi de : Le vertige, catégorie de l’activité humaine ; Paul YONNET ; Edition de Fallois, Paris ; 2003